Pages

samedi 18 août 2018

Coup de soleil et vie d'ange : C'est l'été aux Ets. Estipallas



Août 2018 : les oiseaux chantent, le Docteur aussi. Il affiche pourtant une mine soucieuse :

"J'ai attrapé un coup d'soleil, un coup d'amour, un coup d'je t'aime.
J'sais pas comment, faut qu'j'me rappelle, si c'est un rêve, t'es super belle.
J'dors plus la nuit, j'fais des voyages, sur des bateaux qui font naufrage.."

Amnésie, insomnie, Barzotti : c'est moche marmonne-t-il, il ne fait pas bon attraper un coup de chaud sur le casque. Raison de plus pour laisser passer l'été à l'ombre d'un capot de DS !

Et c'est ainsi que débuta la traditionnelle campagne estivale d'entretien des Ets. Estipallas.  

    -  La Pallas fit tout d'abord l'objet d'une vidange des fluides puis d'un changement des billes et logements de train arrière. Il faut dire que celui-ci émettait depuis peu un bruit aussi éraillé qu'un tube de Richard Cocciante, quelle ignominie. Les cafetières furent changées par la même occasion : la gauche était encore une pièce d'origine posée par Roland en 1996. Les refabrications actuelles dureront-elles aussi longtemps ?



Comme chaque année, une séance approfondie de nettoyage lui redonna ensuite le splendide éclat de sa pallassitude :




    -  Désirée est parmi toutes, celle qui roule le plus : 3500 km depuis la dernière révision, dont 1200 en un week-end l'an dernier pour le mariage de son cher Pallasquier, une folie, roumègua le Docteur très attaché à son exceptionnel état d'origine. Opération capot ouvert donc pour une visite d'entretien qui s'imposait, si si, je vous assure, l'huile était presque marron foncé...



    -  La 305 eut droit à une vidange des liquides de frein et de refroidissement (dont la qualité est primordiale sur ces moteurs tout alu : l'épreuve des 50.000km de l'Auto-Journal avait déjà mis en évidence un début de corrosion du bloc sur une voiture âgée de quelques mois...). Puis quel bonheur de la faire briller alors qu'à coté, la quatrième génération d'Estipallas fait son apprentissage en astiquant sa voiture à pédales !


     -  La Renault 8, enfin, nécessita une vidange de sa transmission qui transfigura l'agrément de sa commande de vitesses. Ce qui prouve que l'entretien est fondamental, même sur une voiture qui roule peu. 

Voici donc le parc remis à niveau, prêt à prendre la route au doux soleil des belles soirées d'été. De quoi profiter sans limite de l’éclectisme technologique de la production française, à la fin des années 60 :


Et justement, l'agilité de la R8 Major et le tonus de son moteur 1100 la rendent fort agréable sur les petites routes de campagne. Surtout lorsque en bordure d'un champ, nous tombons nez à nez avec un Deutz 100-06 à la recherche d'un nouveau maître, une bête splendide qui, même à l'arrêt, transpire le couple et la puissance. "Il ferait un si bel ensemble avec Papa Schultz", bave le Professeur, l'imaginant déjà devant sa maison. Vite, reprenons notre route, nous allons faire des bêtises...


Déjà, la nuit tombe mais le Docteur n'a pas sommeil. Et cette chanson qui, toujours, trotte dans sa tête jusqu'à l'obsession : 

"Mais tu es pallaaaaaas, et si je rêve tant pis
Quand tu t'en vas j'dors plus la nuit
Mais
tu es pallaaaaaas, et tu sais, j'ai envie d'aller là-bas
La fenêtre en face et d'visiter ton paradi
s
"


Hum, visiter ton paradis devra attendre mais rien n’empêche par contre d'aller là bas, surtout si c'est en Pallas ! D'autant que la conduite nocturne d'une DS21 est une expérience incroyable : Le pinceau jaune des feux à iode dessine la route à travers la nuit, la route défile dans l'apaisante quiétude du boudoir hydropneumatique. C'est fantastique.








"J'te vois toute nue sur du satin, Et j'en dors plus, viens m'voir demain"

Toute nue, sans même tes plaids en laine ? Et pourtant tu as raison chère Pallas, libérons nous le temps d'un été, et retrouvons nous demain pour un nouveau voyage...

A suivre

1 commentaire:

  1. J'adoooore les mises à jour estivales du Grenier. Elles sentent bon l'huile et le polish.
    Et que de bons soins pour Désirée !
    Quelles belles vacances !

    RépondreSupprimer